Pirates des Caraïbes


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Avery

Aller en bas 
AuteurMessage
Angie
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 320
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Avery   Jeu 4 Mai - 2:08


Ce célèbre pirate de l’océan indien est né en Angleterre prés de Plymouth en 1675. D’une famille de marin et son brevet de second en poche il s’embarque tout d’abord à bord d’un navire marchand. C’est après avoir montré son habileté à ce poste qu’on l’envoya à bord du Duke, toujours en qualité de second, en Espagne. C’est de là qu’il devait partir, avec un autre navire anglais (la Duchess) et de trois navires de guerre espagnols, faire la chasse aux contrebandiers français dans la mer des Antilles.

C’est à ce moment qu’il résolut d’embrasser une carrière criminelle. Après être rentré dans les bonnes grâces de l’équipage il projeta une mutinerie et de s’emparer du navire afin d’aller chercher fortune dans l’océan indien. Un soir, alors que le Duke était à l’ancre à La Corogne et le capitaine ivre de punch dans sa cabine, une partie de l’équipage de la Duchess monta à bord et s'en rendit maitre. Le navire parvient à quitter le port sans que quiconque, pas même le capitaine (ivre il est vrai) ne s’en aperçoive. Le capitaine fut par la suite débarqué à bord d’une chaloupe avec quelques hommes qui lui étaient restés fidèles et put rejoindre la terre sans danger.

La croisière d’Avery l’emmena jusqu’à Madagascar. Là il trouva par hasard deux Sloops pirates qui, après l’avoir pris pour un navire à leur recherche, s’allièrent à lui. Leur première prise devait construire durablement la légende d’Avery. Il s’agissait en effet d’un gros vaisseau marchand du grand Mogol transportant richesses et personnalités vers la Mecque pour un pèlerinage. La légende veut que ce navire ait transporté une fille du grand Mogol qu’Avery aurait enlevé et épousé. La prise du navire se fit sans difficulté, Avery restant prudemment à distance et laissant ses alliés faire la basse besogne. Les trésors pris à cette occasion sont difficiles à évaluer. Sans doute étaient-ils d’une valeur considérable. On notera qu’Avery s’empara discrètement à cette occasion de la plupart des pierres précieuses du bord dont les autres membres d’équipage ne faisaient pas cas.

Le grand Mogol rentra dans une rage folle en apprenant la nouvelle. Il menaça de rejeter tous les Anglais à la mer par la force des armes, les rendant responsable de cet acte fait par un navire de leur nation. L’Angleterre avait à cette époque déjà un grand nombre de comptoirs sur la cote indienne et dut donc promettre de faire tout en son pouvoir afin de livrer aux autorités indiennes les coupables. C’est cela qui fit connaître en Europe le capitaine Avery.

Avery cependant n’entendait pas partager avec ses alliés les formidables trésors pris à cette occasion. Il parvint à convaincre les deux autres capitaines de lui confier leurs parts. Comment s’y prit-il ? De manière assez simple : en leur démontrant le mauvais état de leurs navires en cas de tempête et leur faiblesse en cas de confrontation avec un navire de guerre. Dés la nuit venue il faussa compagnie à ses ex-alliés.

Il s'arréta au passage (en 1695) à l'île Bourbon (la Réunion) pour y débarquer 70 pirates. Quelques un voulaient rester dans l'océan indien avec leur butin, d'autres ont été débarqué de force. Certains ont fait souche à la Réunion : Victor RIVERAIN, Etienne LE BAILLIF, François BOUCHER, Jacques HUET, Jacques PICARD et Henri GRIMAUD. Quand à ceux débarqués de force, ils s'attelèrent à la construction d'une barque pour continuer leur sinistre carrière. C'était sans compté sur la venue le 2 juillet 1696 de l'escadre française de Serquigny, qui détruisit par le feu la barque presque achevée et ramena 20 des pires d'entre eux en France afin qu'ils y soient jugés et pendus

Avery fit ensuite route vers les Amériques et accosta aux Bahamas. Là les forbans vendirent leur navire et achetèrent un Sloop avant de faire voile pour la Nouvelle Angleterre. Avery y débarqua une partie de l’équipage avec leur part de butin. Après avoir tenté sans suscé de s’installer en Nouvelle Angleterre il résolut avec quelques hommes de retourner en Irlande. Après avoir vendu le Sloop, s’en être partagé le prix, tous se quittèrent. Avery alla à Bristol. Son but était de pouvoir y vendre discrètement les pierres précieuses qu’il avait conservées. En effet ces dernières le reliaient par trop directement à l’acte de piraterie dont toute l’Angleterre parlait alors.

De retour dans son Devonshire natal il contacta des marchands qui devaient se charger d’écouler les pierres précieuses. Il leur confia sa fortune et reçu, dans l’attente que la vente se fasse, une petite somme d’argent. Il ne put jamais obtenir autre chose. Lorsqu’il vint réclamer son due les marchands le menacèrent de le dénoncer s’il insistait. Il finit par retourner en Irlande où il mourut de faim et de misère dans la rue, alors que tout le monde le croyait à la tête de fabuleuses richesses dans son royaume de Madagascar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pirates.goodforum.net
 
Avery
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pirates des Caraïbes :: Les pirates! :: La piraterie!-
Sauter vers: